PRISON BREAK VICTORIAVILLE – Le récit d’une évadée par Josiane Hélie


Le 24 juin dernier, alors que de nombreux festivaliers se rassemblaient un peu partout au Québec pour célébrer la fête nationale, des centaines de guerriers se réunissaient au ranch Kiméyan à Victoriaville afin de prendre part à la première Prison Break de l’année.
 Je dois admettre que j’avais quelques préjugés sur cette course. Je la voyais plus comme un jeu d’immersion récréatif que comme un réel défi sportif, mais j’avais tort. 
Voici ce que j’ai pensé de cette superbe journée à Alcatraz!

prison break

La course ayant lieu sur un terrain privé, nous devions nous stationner au centre commercial des Bois-Francs afin d’être reconduits sur place par un service de navette qui s’est avéré très efficace. Il y avait peu d’attente autant au départ qu’au retour. Dès mon arrivée, j’ai constaté que les installations thématiques étaient vraiment impressionnantes. La prison, les zones de photobooth ainsi que tous les gardiens en costumes donnaient vraiment le ton à une ambiance carcérale. Cependant, il aurait pu y avoir plus d’indications pour reconnaître les différentes zones (inscription, dépôt des sacs, etc.), car même si le site n’était pas très grand j’ai entendu à quelques reprises des participants se questionner sur l’endroit où aller.

Par ailleurs, un espace pour se changer aurait été accommodant surtout qu’en passant par le cachot, on finissait vraiment sale. Outre cela, le soleil était au rendez-vous et le terrain tout à fait splendide. Dû au fait que ce dernier fut relativement petit, tout le monde était regroupé assez serré ce qui est génial pour socialiser et se mêler aux autres. De plus le chandail de cette édition fait partie des plus beaux que j’ai vus et je n’ai entendu que des louanges pour la superbe médaille ALCATRAZ.

alcatraz course

Lors du départ, nous commencions tous enfermés dans les cellules alors que l’animateur nous expliquait le fonctionnement de la course. J’ai adoré ce moment! L’adrénaline était palpable avec tous les prisonniers qui frappaient contre les murs en clamant le décompte. Puis, la trappe s’est ouverte et nous nous sommes tous empressées dehors et puis OUPS! Congestion! Nous devions passer sous un petit pont dans un fossé étroit, un à la fois… Disons que ça a quelque peu cassé notre élan. Les premiers obstacles demandaient de l’équilibre et de la précision ce qui a rapidement occasionné un peu de refoulement sur le parcours. Toutefois, c’est rapidement devenu un avantage de se déplacer en meute, car la première zone de gardiens nous attendait. Dès qu’on approchait, on sentait la tension monter sous les coups de sifflet. Wow! Vraiment stressant! 
Élaborer une stratégie ou foncer directement dans le tas? Nous avons rassemblé le plus d’évadés possible pour faire face à l’autorité et GO! J’ai trouvé cela vraiment trippant et exigeant, car on se sentait dans la peau du personnage et on se donnait à fond pour en sortir indemne.

La majorité des commentaires que j’ai recueillis sont très positifs quant à l’appréciation de la course. Par contre, quelques petits bémols ont été observés dont le fait que certains obstacles, tels que les Monkey Bars, étaient un peu trop hauts. En effet, c’était impossible pour une fille de mon gabarit d’atteindre la première barre et on a dû me soulever. Le parcours d’environ 6km alternants obstacles et montagne en a pris plus d’un par surprise avec sa longue et rude montée. Cela dit elle valait le coup, car une fois au sommet, une vue imprenable s’offrait à nos yeux. La dernière portion de la course où l’on descendait le sentier en zigzaguant entre les arbres était fantastique. Un très beau décor nous encadrait, ça allait vite!

prison break course

Côté obstacles, il y avait peu de nouveautés, toutefois la vertigineuse glissade a été très appréciée des participants et du public. Pour moi, le plus génial a été celui de la banque où il fallait traverser deux murs avec une charge de 20 ou 50 lb. C’était un beau défi et ça cadrait bien dans la thématique criminelle. La dernière zone de gardien était la plus difficile, mais aussi la plus amusante. Ceux qui comme moi n’ont pas pu échapper aux griffes des policiers ont dû ramper dans le cachot afin de se voir honorer par la médaille officielle ALCATRAZ et ainsi acquérir leur liberté.

C’est toujours un plaisir de voir les maniaques de tous les âges et des athlètes de tous les niveaux se réunir afin de partager leur passion. L’organisation d’un tel évènement demande beaucoup de préparation et il est important de souligner le travail accompli. On peut dire que cette édition de la Prison Break était une autre belle réussite dans cette saison 2017 de courses à obstacles. Chose certaine, mon opinion sur les courses interactives a changé, ce ne sera pas ma dernière incarcération!

Une chronique de Josiane Hélie
Correction et révision par Éric Julien

Les commentaires sont fermés